Comprendre le contexte et les enjeux de la précarité énergétique : un défi à relever dès aujourd’hui

La précarité énergétique se caractérise par trois facteurs : hausse des prix de l’énergie, mal-logement et fragilité financière. De nombreux foyers en sont victimes aujourd’hui en France. Le concept ne date pas d’hier. Il a émergé en Grande-Bretagne il y a maintenant une vingtaine d’années.

Une enquête réalisée en 2011 en France démontre que 13% des ménages souffriraient de précarité énergétique, et que 80% des Français seraient logés dans des bâtiments très énergivores. Ce constat grave incite pouvoirs publics, fournisseurs d’énergie et particuliers à se mobiliser concrètement pour lutter contre la précarité énergétique.

Précarité énergétique : causes et conséquences de ce problème social et écologique

Logements en précarité énergétique exposés au froid

On parle de précarité énergétique dès lors qu’un ménage ne peut chauffer convenablement son logement à un coût maîtrisé.

Consacrez-vous plus de 10% de vos revenus disponibles pour payer vos factures d’énergie ? Si oui, vous êtes sous le joug de ce que l’on désigne par précarité énergétique. Les chiffres sont peu encourageants. Aujourd’hui, en France, on comptabiliserait 4 à 5 millions de foyers touchés par ce fléau (selon les travaux issus du Grenelle de l’environnement).

Les causes directes de la Précarité Energétique :

Thermomètre bas dans un foyer en situation de précarité énergétique

  • un logement en mauvais état au plan thermique. Une isolation obsolète déclenche notamment une surconsommation d’énergie pour offrir aux occupants un confort minimal ;
  • la vulnérabilité des foyers disposant de peu de ressources financières. Cette fragilité implique qu’ils ne peuvent chauffer confortablement leur logement ;
  • l’augmentation du coût de l’énergie, constatée depuis quelques années. Cette hausse des prix influence directement la part des ressources consacrée aux factures d’énergie.

Ce problème est donc de nature écologique mais aussi sociale. Force est de constater que les propriétaires de logements BBC (Bâtiment Basse Consommation) ou BEPOS (Bâtiment à énergie positive) ne sont pas touchés par la précarité énergétique. Ils ont en effet les moyens financiers d’acquérir un logement, certes plus cher à l’achat qu’un logement traditionnel mais qui a pour avantage premier d’être moins gourmand en énergie. Avec une majoration du prix d’acquisition d’environ 15%, les personnes aux revenus faibles ou modestes ne peuvent y accéder. Qui plus est, les logements à énergie passive ou positive sont introuvables à la location.

Les conséquences de la précarité énergétique sont à considérer sérieusement :

Un logement mal ventilé, peu chauffé ou mal isolé va se dégrader plus rapidement. Cela peut entraîner des dangers pour la santé et la sécurité des habitants (l’humidité et le froid notamment peuvent être responsables de maladies) et créer de fait un isolement social.

Bon à savoir – Etat des lieux de la précarité énergétique, avec des chiffres-clés qui parlent d’eux-mêmes :

11% des Français en précarité énergétique11% des Français avouent avoir du mal à s’acquitter de leur facture d’électricité;
Cause de la précarité énergétique : un parc immobilier 5 fois plus énergivore que les normes imposées aux bâtiments construits dès 2013Aujourd’hui, la consommation moyenne du parc résidentiel français avoisinerait les 240 kWhep/m² par an, soit un chiffre cinq fois plus important que la norme qui s’applique au logement construit à partir de 2013;
18% des locataires concernés par la précarité énergétiqueCe sont les locataires qui sont les plus concernés par la précarité énergétique puisque le taux est 3 fois supérieur (18%) à celui des propriétaires;
70% des ménages en précarité énergétique ont des revenus modestes70% des ménages touchés par la précarité énergétique appartiennent au segment de la population qui vit sous le “premier quartile de vie“. Il s’agit des revenus les plus modestes;
Conséquence de la précarité énergétique : 44% des Français préfèrent moduler leur consommation d'énergie44% des Français préfèrent, faute de moyens financiers (augmentation du coût de l’énergie, et crise économique), moduler leur consommation en énergie (adapter et réguler la température dans leur logement) plutôt que d’initier les travaux de réhabilitation nécessaires à l’amélioration de leur habitat.

Précarité énergétique : comment enrayer le fléau ?

  • Il s’agit avant tout d’informer et sensibiliser les publics. Il est important d’inviter les individus à ne pas gaspiller l’énergie et surtout à effectuer des économies d’énergie au quotidien.
  • L’Ademe (agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) a créé en 2011 un groupement dont la mission est d’analyser les problèmes de précarité énergétique, il s’agit de l’observatoire national de la précarité énergétique.
  • Les fournisseurs d’énergie apportent eux aussi leur contribution, avec notamment la mise en place du Tarif Spécial Solidarité (TSS), de la trêve hivernale . Du 1er novembre au 15 mars de l’année suivante, les plus démunis sont ainsi exemptés de régler leur facture d’énergie selon qu’ils appartiennent au Fonds de Solidarité Logement (FSL).
  • Rénover le parc des bâtiments permettrait d’endiguer le problème de la précarité énergétique. En effet, les bâtiments sont de plus en plus vieillissants et ne peuvent garantir une efficacité énergétique exemplaire. Mais cela a un coût naturellement…

Maison luttant contre la précarité énergétiqueLes moyens déployés par GEO PLC : CEE et Bonus Economies d’énergie pour tous pour lutter contre la précarité énergétique

Les CEE au service de la lutte contre la précarité énergétique

En France au printemps 2013, des études confirment que plus d’un tiers des Français juge que son logement mériterait de subir des travaux dans le but de réduire les dépenses énergétiques. Ce constat amène à inciter les particuliers à réaliser des économies d’énergie significatives. Dans le cadre réglementaire actuel, les Certificats d’Economies d’Energie (CEE) s’avèrent être des outils incitatifs performants de réduction des consommations d’énergie. Les particuliers réalisant des travaux de rénovation énergétique éligibles au dispositif des CEE peuvent en effet bénéficier de Primes Energie conséquentes pour financer leurs travaux.

Prime PlusRendez-vous sur Prime Plus pour estimer l’ensemble des aides financières dont vous pouvez bénéficier pour améliorer la performance de votre logement : Eco-Prêt à Taux Zéro, Prime Energie (CEE), Crédit d’Impôt pour la Transition énergétique.

Le Bonus Economies d’énergie pour tous

Le Bonus Economies d’Energie Pour Tous, mis en place par GEO PLC (qui opère pour la rénovation thermique au plan national) participe à cette mobilisation et volonté de réduire la fracture énergétique.

GEO PLC déploie une batterie d’actions concrètes, dont de nouvelles mesures pour accompagner les ménages aux revenus les plus modestes dans la lutte contre la précarité énergétique :

  • Un accompagnement pas-à-pas des foyers en situation de précarité énergétique,
  • Des solutions mises en oeuvre pour l’ensemble du parc résidentiel : particuliers, bailleurs sociaux (HLM), syndicats de copropriétés.
  • Des financements conséquents : le Bonus Economies d’Energie Pour Tous permet aux ménages de recevoir jusqu’à quatre fois la prime énergie (CEE) voire, dans certains cas, financer à 100% leurs travaux.

Pour bénéficier des primes énergie et du Bonus Economies d’Energie pour Tous, n’attendez-plus, connectez-vous sur Prime Plus !