La rénovation thermique des bâtiments

La rénovation thermique des bâtiments : un chantier-phare qui vise à accroître les économies d’énergie

Trouver des solutions de financement pour effectuer des travaux de rénovation thermique et ainsi remédier à la précarité énergétique est primordial pour améliorer les conditions de vie et de confort de nombre de personnes. Cette démarche revêt un caractère social et solidaire mais aussi écologique puisqu’elle concourt également à la protection de l’environnement en réduisant les déperditions d’énergie.

Le plan de rénovation énergétique de l’habitat : un impératif écologique et social

→ Annoncé le 21 mars par le gouvernement, le plan de rénovation énergétique de l’habitat (l’un des axes prioritaires initiés par le Plan d’investissement pour le Logement) est engagé depuis le 15 avril dernier et comprend 20 mesures concrètes.

→ La rénovation thermique est certes un programme ambitieux, onéreux mais surtout urgent, et sans lequel la transition énergétique ne pourra avoir lieu. Le 9 avril dernier, la ministre de l’égalité des territoires et du logement Cécile Duflot a annoncé que le gouvernement augmenterait ses aides au financement des travaux de rénovation et élargirait le nombre de personnes éligibles à ces aides en 2013.

La RT 2012, pour réduire vos consommations énergétiques :

Réglementation française née du Grenelle de l’environnement et succédant à la RT 2005, la RT 2012 vise à l’amélioration de la performance énergétique des logements neufs et concerne les édifices résidentiels ou tertiaires. Applicable depuis le 1er janvier 2013, elle se doit de réduire par trois les niveaux de consommation fixés préalablement par la réglementation thermique 2005. En clair, cela signifie que les bâtiments doivent afficher une consommation en énergie primaire inférieure à 50 kWh/m2/an, contre les 150 kWh/m2/an exigés par la RT2005. La non-application de cette réglementation peut entraîner des sanctions comme l’interruption des travaux en cours, ce qui traduit la volonté des pouvoirs publics de faire appliquer la RT2012.

Des mesures nouvelles pour favoriser les économies d’énergie

Rénover son logement au plan thermique implique de disposer d’un budget suffisant pour le permettre. Il faut donc que l’état se mobilise, tel qu’il le fait actuellement, pour accompagner ces démarches, mais aussi que les particuliers trouvent sur le marché des offres attractives.

En ce sens, une action de service public de la performance énergétique, conduite par l’Ademe (agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), prévoit notamment la mise en place opérationnelle de “guichet unique” pour informer les publics demandeurs sur les aides et les travaux et centraliser les propositions des acteurs institutionnels de la rénovation énergétique.

En outre, d’ici 2015, l’Anah (l’agence nationale de l’habitat, qui est un établissement public créé en 1971) a prévu de recruter et former 800 ambassadeurs de l’efficacité énergétique sur le territoire pour détecter quels sont les ménages les plus touchés par la précarité énergétique et les aider à identifier des mesures concrètes de performance énergétique. Cette mesure, génératrice d’emplois d’avenir pour les jeunes, vient renforcer le dispositif Habiter Mieux.
En savoir plus ?

Ainsi, toutes les filières concernées par la rénovation énergétique (installateurs, fabricants, grossistes, syndics de copropriété et autres entités) doivent se coordonner pour présenter des offres avantageuses aux clients.

GEO PLC, structure collective spécialiste du conseil environnemental, peut vous accompagner personnellement dans vos démarches, favoriser ainsi la mise en oeuvre concrète d’économies d’énergie et vous permettre de valoriser vos Certificats d’économies d’énergie (CEE).

Chiffres-clés de la rénovation thermique : ce qui change en 2013

  • 4 millions de propriétaires occupants supplémentaires pourront bénéficier des aides de l’Anah en 2013, ce qui porte à 7 millions contre 3 le nombre de propriétaires potentiellement éligibles aux aides.
  • L’aide de l’Anah augmente: 50% du montant des travaux pourra être pris en charge pour les ménages très modestes et 35% pour les ménages modestes (contre 20 à 35% maximum auparavant);
  • 1350 euros: c’est le montant de la prime d’état pouvant être accordée aux travaux de rénovation thermique, sous conditions (selon l’annonce du président de la République en mars dernier). Cette mesure, effective depuis le printemps 2013, restera en vigueur jusqu’à mi-2015.
  • En 2012, 150 000 logements ont été rénovés, alors que le programme du Grenelle de l’environnement prévoyait d’en rénover 400 000.
    La politique du gouvernement actuel souhaite que 270 000 logements soient rénovés en 2014 (180 000 logements privés et 90 000 logements sociaux) et 500 000 logements (dont 120 000 logements sociaux) par an en 2017.
  • Pour relancer le secteur du bâtiment,  le gouvernement s’engage à baisser à 5% la TVA (taxe sur la valeur ajoutée) sur tous les programmes livrables pour le logement social au 1er janvier 2014 (et donc déjà en cours).
  • Une diminution des consommations énergétiques de 38% en 2020: c’est l’objectif écologique que le gouvernement français veut atteindre.