Contrats de transition écologique : engagement officiel pour des territoires plus verts

Contrats de transition Ecologique

La charte d’engagement des premiers Contrats de Transition Écologique (CTE) a été signée ! Cinq territoires sont d’ores et déjà engagés à sceller officiellement leurs contrats à la rentrée, quatre autres suivront d’ici l’automne.

L’officialisation a eu lieu le 11 juillet à l’occasion d’un forum de rencontres dédié aux CTE. Plus de 160 participants – élus et services des collectivités locales, opérateurs publics, entreprises et services de l’État – ont échangé sur la mutation écologique et économique des territoires. Objectif des CTE : s’engager dans l’émergence de projets environnementaux.

Annoncés par Nicolas Hulot en juillet 2017 dans le cadre du plan climat, les Contrats de Transition Écologique reposent sur une « logique de l’écologie de la preuve » selon Sébastien Lecornu, secrétaire d’État à la Transition écologique et solidaire.

En effet, les signataires s’engagent à réaliser des résultats concrets et chiffrés (CO2 évités, emplois crées, nombre de mètres carrés rénovés…).

De l’action donc pour les territoires investis : le département de la Corrèze, la Communauté urbaine d’Arras (Nord), la Communauté de communes du Pont du Gard associée à la Communauté d’agglomération du Gard Rhodanien, la Communauté de commune du Pays Châtillonnais en association avec la Communauté de communes du Montbardois (Côte d’Or) et le Territoire Côte Ouest (TCO) de l’Ile de La Réunion. Ces cinq premiers signataires des Contrats de Transition Ecologique ont des démarches tangibles et positives pour l’écologie.

Contrats de transition écologique : Des projets écologiques concrets

A titre d’exemple, la Corrèze prévoit la mise en place d’un cadastre solaire ou encore le test d’une route 5ème génération avec récupération de l’énergie de la chaussée, capteurs numériques, auto-déneigement et éclairage solaire.

Du côté de la communauté d’agglomération de la Côte Ouest à la Réunion : la fabrication d’engrais à partir de déchets de poissons dans l’objectif de la reconstitution d’une terre saine est dans les clous. Citons également l’engagement de la Haute Côte d’Or dans la formation aux métiers verts et la Cleantech Vallée du Gard à la suite de la fermeture de la centrale EDF au fioul d’Aramon. Enfin, Arras projette la création d’un technocentre de méthanisation et l’acquisition de bus circulant au gaz naturel.

Retrouvez l’ensemble des actions détaillées ici

D’autres projets devraient émerger à l’automne 2018 puisque quatre territoires supplémentaires prennent la voie des CTE. C’est le cas de la Guyane, de la communauté d’Agglomération de Grasse (Alpes-Maritimes), de collectivités de la région de Maubeuge (Nord) ou encore du Pays du Grand Briançonnais (Hautes-Alpes).

Les Contrats de transition écologique représentent au total 20 territoires d’expérimentation qui sont envisagés par l’État en 2018, et quatre territoires qui verront la fermeture de leurs centrales à charbon d’ici à 2022 : Saint-Avold, Gardanne, Cordemais et Le Havre.

, ,