Route du Rhum : Arthur Gascoin et Willy Bissainte à l’assaut de l’Atlantique

Arthur Gascoin Route du Rhum

Comme un gosse ! Au cœur de la cité corsaire, Arthur Gascoin vit son premier village de course les étoiles plein les yeux. « Je suis prêt », se rassure-t-il à une semaine du départ de son voilier le 4 novembre. Le défi est pourtant de taille. Dompter en solitaire les vagues de la mythique transatlantique qui fête cette année ses 40 ans : la Route du Rhum-Destination Guadeloupe. Depuis Saint-Malo jusqu’à Pointe-à-Pitre, il aspire à réaliser l’exploit en 21 jours. A l’arrivée, la team de GEO PLC sera fière de l’accueillir. Séduite par l’esprit entrepreneurial et la fougue de ce jeune chef d’entreprise de 33 ans, GEO PLC fait partie des partenaires du défi de taille qu’il s’apprête à relever.

Arthur Gascoin Route du Rhum

Arthur Gascoin à bord de son monocoque « 91 – Up – Sail & Connect ».

« Je redoute la collision. Les premières 48 heures vont être intensives »

Engagé dans la catégorie Class 40, qui a la particularité de rassembler coureurs professionnels et amateurs, tout ou presque est réglé pour le navigateur novice. « La route du Rhum, ça ne s’improvise pas ! », entonne Arthur à bord de son monocoque de 12,19 mètres de long baptisé « 91 – Up – Sail & Connect ».

Avant le coup d’envoi rassemblant tous les quatre ans plus de 2 000 000 férus de voile, le skipper enchaine les rendez-vous techniques et réglementaires. Il prépare jusqu’aux derniers instants son face-à-face avec l’océan avec son coach – Patrice Bougard qui a participé aux éditions 2014 & 2010 : « Une fois le départ donné, je n’aurai plus le droit aux conseils ». Sur son bateau amarré au ponton de Saint-Malo, tous les moindres détails sont anticipés : de la pharmacie aux denrées. Au menu : tartiflette, blanquette de veau et œufs brouillés… sous vide. Dans ses bagages, un clin d’œil tout particulier pour son oncle, Jérôme Boyer qui à 18 ans traversait lui aussi l’Atlantique : « Je porterai sa combi-salopette le jour du départ, celle qu’il avait à l’époque ».  Si la navigation est pour ce « papa poule » un rêve d’enfant, le risque reste toujours présent : « Je redoute la collision. Les premières 48 heures vont être intensives ». Intenses également les « 350 kilos de matos que je bouge tout le temps ».

Willy Bissainte Route du Rhum

La Guadeloupe à l’honneur avec Willy Bissainte

Willy Bissainte est également soutenu par GEO PLC ! A bord de son « C’ La Guadeloupe », ce n’est pas la première Route du Rhum pour le Guadeloupéen. Il pourra compter sur son expérience puisqu’il concourt pour la troisième fois, cette fois-ci à bord d’un monocoque de 50 pieds dans la catégorie Classe Rhum. Pour autant, la sagesse et le recul face aux crêtes des vagues restent bien présents : « On saura à trois jours du départ à quelle sauce on va être mangé ! ». Il faut dire que depuis Mike Birch en 1978, la mythique course au large a vécu des éditions aux conditions météorologiques complexes et hélas parfois meurtrières. Aujourd’hui, « les conditions de sécurité sont optimales », rassure Arthur Gascoin. Et c’est sans démesure que GEO PLC souhaite à ces deux navigateurs le plein succès pour atteindre les parfums enivrants de la Guadeloupe !

 

Route du Rhum : 40 ans de légende

Mike Birch : il remporte la première Route du Rhum en 1978, avec 98 secondes d’avance sur son poursuivant Michel Malinovsky.

Philippe Poupon : il dédie sa victoire en 1986 à Loïc Caradec, disparu en mer sur la Route du Rhum la même année.

Florence Arthaud : elle est la première femme victorieuse de la mythique course en 1990.

Laurent Bourgnon : ce surdoué a remporté la Route du Rhum à deux reprises – 1994 et 1998. Il disparait en mer en 2015.

Ellen Mac Arthur : en 2002, elle gagne la Route du Rhum sur un monocoque, première et dernière fois que ce type de bateau décroche le graal.

Franck Camas : il entre dans la légende pour le cru 2010.

Loïck Peyron : à 54 ans, il remporte le Rhum en 2014 après 7 tentatives alors qu’il s’était engagé à la dernière minute sur la course.

, ,