Journée nationale des DYS : une lampe pour aider les enfants dyslexiques

Lexilight premiere lampe d'aide à la lecture et à l'écriture

Le pôle lighting de GEO PLC a élaboré avec les chercheurs Albert Le Floch & Guy Ropars la première lampe d’aide à la lecture et à l’écriture. Le 10 octobre 2018, la 12ème journée nationale des DYS, organisée par la Fédération Française des DYS, est l’occasion de faire la lumière sur ces handicaps non visibles. Focus sur l’un des troubles des DYS : la dyslexie qui compte près de 700 millions de personnes dans le monde.  

Trouble Spécifique de l’Apprentissage (TSA), la dyslexie est l’une des difficultés à l’apprentissage les plus fréquentes. Elle touche 4 à 5% des élèves. Souvent détectée au moment de l’étude de la lecture et de l’écriture, on estime qu’il faut attendre 18 mois avant ces premiers pas pédagogiques pour la discerner. Ainsi, la dyslexie enregistre en moyenne un retard de connaissance de 18 mois par rapport au rythme d’apprentissage classique. Elle engendre notamment des difficultés de mémorisation, d’attention, d’acquisition des automatismes de la langue écrite, de discrimination auditive et visuelle.

Deux chercheurs, Albert Le Floch & Guy Ropars, se sont penchés sur l’une des formes de la dyslexie : la dysphonétique (également appelée phonologique) qui est la forme la plus fréquente des dyslexies. Elle se caractérise entre autres par le mélange des lettres « symétriques » comme le « p » et le « q » ou le « b » et le « d ».

Chiffres clés des DYS

Lexilight : la première lampe d’aide à la lecture

Les chercheurs ont ainsi consacré 20 ans de recherche et sont partis du postulat que le trouble de la lecture pourrait se nicher dans les yeux. Dans le viseur : la non asymétrie des taches de Maxwell. Les résultats de cette brillante étude ont été publiés dans la revue scientifique The Royal Society. Mais ils n’en sont pas restés là.

En étroite collaboration avec GEO PLC et son pôle lighting, ils ont mis au point une lampe – Lexilight. Une solution matérielle qui peut simplifier la vie des dyslexiques. Le concept ? Une lampe stroboscopique à LED dont la lumière peut être personnalisée selon les besoins pour pouvoir lire en toute autonomie. A poser sur un bureau ou un chevet, Lexilight permet de détacher les lettres et d’ajuster la netteté.

Si la lampe n’entend pas être un remède miracle à la dyslexie, « elle doit être vue comme un outil complémentaire et supplémentaire à tous ceux déjà mis en place : réglettes, logiciels… », précise Jean-Baptiste Fontes, co-fondateur de Lexilight.

Albert Le Floch et Guy Ropars poursuivent leur étude scientifique grâce à cette lampe. En outre, le programme Lexi First accompagne pas-à-pas ses utilisateurs dans un souci d’amélioration constante du produit et de développer des solutions d’aide à la lecture encore plus performantes.

Découvrez LEXILIGHT sur leur site internet 

Suivez toute l’actualité de la première lampe d’aide à la lecture sur Facebook

A l’occasion de la journée nationale des DYS : – 12% pour l’achat de votre lampe Lexilight.

, ,