Le Parlement européen vote contre le plastique à usage unique

Parlement europe plastique loi

Assiettes, pailles, couverts, touillettes, mélangeurs de cocktails et tiges de ballons gonflables devront bientôt être fabriqués avec des matériaux plus durables dans l’Union Européenne !

Interdire la vente de certains produits à usage unique d’ici 2021 représente une avancée historique pour l’environnement et la protection des océans. Mercredi 24 octobre 2018, le Parlement a approuvé un texte en ce sens à une vaste majorité : 571 voix pour, 53 contre et 34 abstentions. Cette directive, votée à Strasbourg, vise à enrayer la pollution marine qui s’échoue sur les plages qui : « représente plus de 70% des déchets marins », soutient le Parlement. Chaque année, c’est entre 4,8 et 12,7 millions de tonnes de plastique qui envahissent les océans !

 

« Ça défigure nos plages, ça tue nos océans, ça tue nos animaux et (…) ça affecte la santé humaine. Alors s’il y a des alternatives, on interdit »

– Frédérique Ries (ALDE, libéraux), rapporteure du texte. 

 

Emballages de sandwichs et filtres à cigarette dans la directive anti plastique

Le projet est même allé encore plus loin en étendant la liste aux emballages en polystyrène de restauration rapide et les produits oxo-plastiques. Ces derniers, censés être biodégradables, se fragmentent en microparticules de plastique. C’est le cas de certains sacs et emballages.

Les filtres à cigarettes contenant du plastique sont également dans le viseur des eurodéputés :  l’objectif étant de les réduire de 50% d’ici 2025 et de 80% d’ici 2030. Le texte se prononce également en faveur du recyclage des autres plastiques comme les bouteilles, et vise leur collecte séparée et leur recyclage à 90% d’ici 2025. Enfin, les accessoires de pêche seront également soumis aux objectifs de collecte et de recyclage.

Une application de la loi dans l’UE pour 2022 ?

Si le Parlement a voté pour, ce n’est malheureusement pas encore complètement gagné ! Le Conseil de l’Union Européenne a désormais la balle dans son camp. En effet, des négociations en trilogue entre le Parlement, le Conseil et la Commission en novembre devront aboutir à un texte final. Une fois la position commune consentie, les États membres disposeront de deux ans pour transposer la directive dans leur législation nationale avec une application en 2022.

La France fait pour sa part figure de précurseur concernant le plastique. Gobelets et assiettes seront prohibés à partir du 1er janvier 2020. En outre, l’article 75 de la loi Transition énergétique interdit déjà les sacs et emballages fabriqués à partir de plastique oxo-fragmentable.

, ,