Transition énergétique – Nouveau modèle énergétique

Avec pour objectif de diviser par 4 la quantité de Gaz à effet de serre (GES) d’ici à 2050 en France, le passage vers un nouveau bouquet énergétique trouve naturellement sa place dans la stratégie environnementale du gouvernement. Le concept de la transition énergétique, initié par l’Allemagne et l’Autriche dans les années 1980, a aujourd’hui traversé les frontières et prend une forme concrète avec des mesures à appliquer sans plus attendre. Et pour tous les secteurs consommateurs d’énergie.

La Transition énergétique, perspectives et enjeux en France

Des enjeux multiples :

La transition énergétique en France ne concerne pas que l’électricité, mais fait appel à une réduction massive de l’utilisation de l’ensemble des énergies polluantes (telles que les énergies fossiles ou le nucléaire), au profit des énergies renouvelables, applicables à la mobilité, la chaleur et à l’électricité.

 

Comment gagner en compétitivité, trouver un consensus entre industriels, ONG et pouvoirs publics ? Tel est le défi posé par l’actuel Débat National sur la Transition Energétique. Il faut donc inventer un nouveau mode d’utilisation de l’énergie.

 

  • Aller vers une société sobre en carbone, utiliser moins de pétrole, moins de charbon et moins de gaz naturel pour tendre vers une réduction massive des GES*. En clair, il faut mobiliser d’autres ressources énergétiques, et se tourner vers des modes d’énergie encore peu utilisés : l’énergie marine, l’éolien, la biomasse, l’hydro-électricité,  la géothermie, le solaire…

  • Le transport* et le bâtiment*, à eux deux, cumulent près de 70% des dépenses énergétiques en France, ce qui explique pourquoi ils sont placés comme secteurs prioritaires de la transition énergétique.

Dans le secteur du bâtiment, c’est l’isolation performante qui figure en tête de liste des démarches à mettre en oeuvre. La rénovation thermique* des bâtiments est un vaste gisement d’efficacité énergétique, et arrive au premier plan des actions à conduire pour enrayer la précarité énergétique* dont souffrent majoritairement les revenus modestes.

Il faut donc trouver des solutions de rénovation thermique efficaces et à des coûts maîtrisés, sans quoi on encourt le risque de rénover massivement  le parc immobilier de manière coûteuse et inefficace par rapport aux seuils exigés.

 

  • Conduire et appliquer une politique pour l’emploi efficace et au service de l’économie en mutation. Certains emplois vont disparaître avec la transition énergétique (principalement dans les secteurs de l’automobile, de l’énergie fossile ou du nucléaire). Toutefois, d’autres vont émerger, avec un accroissement du besoin, notamment pour assurer le démantèlement des centrales nucléaires,  pour rénover le parc immobilier au plan thermique, pour développer les énergies renouvelables.

Un Débat national sur la transition énergétique, pour quoi faire ?

 

Promesse du candidat François Hollande lors de la campagne présidentielle, le débat initié en novembre dernier, a pour vocation de précéder la loi de programmation.

 

Pour respecter ses engagements européens, la France se doit de remplir trois objectifs d’ici à 2020 :

  • diminuer les GES de 20%,
  • faire 20% d’économies d’énergie, et  faire en sorte que la part des énergies renouvelables atteigne 20% de la consommation d’énergie,
  • appliquer la volonté du président de la République, en réduisant la part du nucléaire dans l’énergie (en 2025, passer de 75% à 50%).

Voir le calendrier du débat

 

  • Le Débat National sur la Transition Energétique (DNTE)*, dont la conclusion est prévue au 18 juillet prochain,  rassemble les avis des parties prenantes sur le thème de la transition énergétique. Comment y parvenir, avec quels moyens de financement, quels secteurs privilégier en premier lieu…? telles sont les interrogations qui constituent le cœur du débat .

 

  • Débat national, il informe sur le passage au nouveau bouquet énergétique et permet aux citoyens de débattre sur les moyens pour améliorer l’efficacité énergétique en France, et pour définir les besoins en énergies des générations de demain.

 

  • A la question “faut-il se passer du nucléaire?”, les avis divergent. Certains prônent une baisse de la consommation des énergies fossiles, au profit des énergies renouvelables, plus sobres en carbone, tandis que d’autres défendent l’utilisation du nucléaire, pourtant jugé tragique au plan écologique par un grand nombre d’experts.

 

Les conclusions du débat permettront de déterminer les axes stratégiques et d’annoncer les orientations de la loi de programmation, laquelle est prévue à l’automne 2013.

 

  • Des journées de rencontres avec les citoyens ont pour but de sonder les Français sur leurs attentes, leurs engagement en faveur des économies d’énergie et aussi sur leur compréhension des enjeux du DNTE.

Un conseiller vous rappelle !
Discutons de votre projet d'efficacité énergétique, sans engagement.
Message envoyé !